Eventi

India

Il 25 settembre a 5 anni dalla beatificazione di Chiara è stata inaugurata la prima parrocchia intitolata a lei.

Una grande festa di fraternità tra cristiani e indù, presieduta dal vescovo delle diocesi di Sagar, mons. Anthony Chiarayath in cui è stata eretta la nuova chiesa, all’interno del complesso scolastico di Sironi.

Nel corso della settimana di permanenza in India i coniugi Badano hanno incontrato anche le comunità e i simpatizzanti del Movimento dei Focolari di Bhopal e di Mumbai.

Bien-aimés,

Comme beaucoup d’entre vous le savent, nous venons  de rentrer de l’Inde et nous pressai vous faire parvenir tout de suite des nouvelles des jours intenses passé à Mumbai et à Bhopal.

Nous avons eu une certaine crainte à entreprendre un tel voyage difficile, mais depuis que l’invitation arrivé par l’évêque du diocèse de Sagar (celui dans lequel il y a la nouvelle église dédiée à Chiara Luce) de lui rendre visite, il nous a semblé de comprendre que notre fille seyait  heureuse et qu’elle nous poussait à partir. Ce fut une autre occasion – très inattendue – que Chiara nous a donné à coopérer à la diffusion de son message, en particulier dans un lieu si loin et dans des contextes beaucoup différents.

Elle avait raison, naturellement, et nous ajoutons qu’à de nombreuses reprises ces jours là-bas il nous semblait de sentir avec une telle force  et d’une manière spéciale sa présence et son soutien.

Difficile de résumer en quelques lignes ce qui est arrivé cette semaine.

Au-delà des circonstances différentes que nous avons partagé (tout d’abord avec Chicca et Franz Coriasco qui nous ont accompagné comme toujours lors de ces voyages), et de la merveilleuse relation avec plusieurs personnes, certains événements et circonstances ont fait en sorte que ce voyage nous restera dans le cœur pour toujours.

Même maintenant, nous ne pouvons pas nous rendre conscients de la grandeur de ce qui nous est arrivé.

Probablement pour la première fois dans l’histoire de l’Église, à deux parents a été donné la grâce d’assister à l’inauguration d’une paroisse, et d’ailleurs dans un diocèse de 40.000 kilomètres carrés, où les chrétiens sont moins de 200 en tout! Nous comme à jamais nous sommes sentis ni rien et ni personne parce que c’est Jésus qui a tout fait. Ce fut une telle joie qui ne peut pas être exprimé en  mots.

Mais ce voyage nous a montré, comme jamais auparavant, combien Chiara continue à ouvrir des routes pour nous impensable: à sa manière, en fonction des projets qui rarement nous fait comprendre mais qui brillent et portent fruits encore mieux par rapport à nous en faisant fleurir des nouveaux chemins l’unité, et relations surprenantes avec personnes, groupes et réalité  ecclésiale que seulement  ce prétexte rendre possible.

Chiara Luce est vraiment une pince capable d’ouvrir une porte, et derrière chacune, une infinité de belles surprises!

J’ai réalisé une fois de plus que le modèle de la sainteté de Chiara est vraiment universelle et qui est incarnée de mille manières différentes, selon les croyances, les contextes, et la réalité sociale dans laquelle il arrive.

Tout allait bien, au-delà de toutes les attentes: presque que Chiara suppliasse en notre nom, non seulement en remplissant nos insuffisances, mais en résolvant  les problèmes, la dissolution des tensions, aplanant les difficultés. Mais à condition, et proportion, que notre relation avec elle était réelle, et donc, seulement si nous arrivons à être et à vivre en harmonie, plongé dans sa réalité spirituelle.

Notre Chiara ne cesse de nous surprendre. Chaque jour, nous remercions Dieu de nous avoir donné une fille aussi bien, et nous lui demandons de nous rendre dignes de son grand cadeau.

Plusieurs  situations et gens nous ont vraiment touché le cœur: par exemple trouver un groupe de jeunes hindous, rassemblés autour du cadre de Chiara que nous avions amené d’Italie: pour prier dans l’église, à la fin de la célébration: une preuve supplémentaire que Chiara est vraiment un modèle, une inspiration, une sœur pour tout le monde, quelles que soient leurs religions, cultures et latitudes.

Nous avons le cœur plein de gratitude: pour tout ce que notre fille continue à nous faire vivre, pour l’Opéra de Chiara Lubich qui continue à être la sienne et notre maison où nous sommes, par Son Excellence Mgr. Anthony Chirayath qui a si fortement voulu  cette église et notre présence, et pour tous ceux – et cette fois ils étaient vraiment beaucoup – qui a rendu ce voyage possible: directement ou nous en soutenant par leurs prières.

Poursuivant dans cette merveilleuse aventure, nous vous envoyons tous une grande étreinte fraternelle!

Maria Teresa & Ruggero Badano