IMG_0445L’ « extraordinaire normalité » de Chiara Luce Badano continue aujourd’hui à resplendir dans le monde entier et avec elle, de nouvelles initiatives et de témoignages qui la concernent. Pour beaucoup de jeunes à travers le monde Chiara est un modèle d’inspiration, un point de repère, une sœur, une confidente avec qui établir une relation intime et personnelle.

Dans le sillage de sa béatification, la vie de Chiara Luce continue à resplendir comme un tam-tam médiatique parmi les jeunes du monde entier. Des articles de presse, des émissions télévisées spéciales, des chansons et des comédies musicales inspirées de sa vie sont de plus en plus nombreux. Le monde des réseaux sociaux, de Facebook à YouTube, d’Ortuk à Twitter, déborde de nouvelles qui la concerne et puis il y a les sites Internet et les biographies en plus de trente langues (des plus connues aux plus particulières, du coréen au croate, du norvégien au turc, de l’ourdou au japonais, et encore arméniens, chinois, swahili …).

Entre temps, pendant que le processus de canonisation continue, grâce au souhait de ses parents, la fondation « Fondazione Chiara Badano » a été créée. Cette fondation avec le Mouvement des Focolari est chargée de recueillir tout ce qui provient de partout dans le monde à propos de Chiara et s’occupe également de la gestion de ce site officiel, dans le but de sauvegarder et faire connaître encore plus l’image de Chiara. De plus, des structures de toutes sortes sont continuellement dédiées à Chiara Luce : des parcs, des rues, des places, des fontaines, des oratoires, des maisons de jeunes, des centres de familles d’accueil… En septembre 2015, en présence de ses parents, a été inaugurée la première paroisse dédiée à Chiara Luce : dans une petite ville dans le centre rural de l’Inde.

20110819-062Depuis plus de cinq ans, ses parents, accompagnés de Chicca et Franz Coriasco (son biographe « agnostique »), continuent de parcourir le monde, invités par les diocèses, les associations publiques et privées, les écoles, les prisons, les organisations et les divers événements pour apporter leur témoignage : aux Journées Mondiales de la Jeunesse à Madrid et à Rio de Janeiro, dans des dizaines de pays européens et partout dans le monde.

Une petite « équipe », comme Maria Teresa la maman de Chiara aime l’appeler, mais soutenue par un grand nombre de collaborateurs, comme l’ami Giuliano de Sassello, dont le Bar Gina est désormais un point de référence fondamental pour ceux qui viennent de partout dans le monde dans le village pour visiter la tombe de Chiara, et sans parler de tous ceux qui suivent et coordonnent les nombreux groupes des pèlerins qui du monde entier arrivent à Sassello, et sans mentionner les nombreux amies et amis de Chiara qui continuent d’ apporter leur témoignage là où ses parents ne peuvent pas être présents : c’est le petit « peuple de Chiara » qui, hier comme aujourd’hui, continue à se rassembler autour d’elle.

Partout l’histoire de Chiara continue de fasciner et de conquérir les cœurs, en particulier chez les jeunes de différentes religions et cultures, de différentes croyances, y compris les non-croyants. Parce que celle de Chiara Luce Badano est une histoire qui continue et qui ne cesse pas de surprendre.